Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA FRANCE CRUE

LA FRANCE CRUE

Menu
Jacqueline : "Notre santé est entre nos mains"

Jacqueline : "Notre santé est entre nos mains"

Naturopathe depuis 15 ans, formée au CENATHO et installée près de Clermont-Ferrand, Jacqueline Pridigat a récemment intégré l'alimentation vivante à sa pratique et nous explique pourquoi.

Jacqueline : "Notre santé est entre nos mains"

Tu peux nous expliquer ce que fait un naturopathe ?

Un naturopathe, légalement, n'est pas un médecin. Il existe des médecins qui font des études de naturopathie et qu'on appelle des « naturothérapeutes ». La médecine et la naturopathie sont deux univers très différents mais complémentaires.

Un naturopathe est un hygiéniste qui va permettre à une personne de retrouver la santé, de retrouver ses forces vitales. Le but n'est pas de lutter contre un symptôme mais de traiter un terrain. Pour l'allopathie, une maladie est un symptôme donc on va prendre un médicament pour éliminer ce symptôme. Le symptôme disparaît et l'on pense que l'on est guéri.

En naturopathie, on va plus loin en cherchant à soigner le terrain de la personne et ce terrain est très largement conditionné par l'alimentation. Donc le plus gros travail d'un naturopathe est de modifier l'alimentation des personnes qui viennent le voir de façon à ce qu'elle soit « vitalogène », c'est-à-dire qu'elle apporte de la vitalité, des vitamines, des anti-oxydants, des minéraux, des enzymes etc. Mon métier vise donc aussi à autonomiser les gens par rapport à leur santé.

As-tu toujours travaillé avec l'alimentation crue ?

Pendant très longtemps, non. Mais c'était quand même une part importante de ma démarche car je préconisais déjà des crudités, des fruits entre les repas... Aujourd'hui je préconise du cru au maximum et cela a rendu mon métier encore plus passionnant, efficace et plaisant. Je préconise maintenant d'aller vers le végétarisme, avec une place moins importante pour les produits carnés, le poisson, les œufs et davantage de place pour les légumes et fruits cuits et crus. On peut faire des journées crues, ou des journées jus si l'on a un extracteur, ajouter des graines germées, des smoothies. Tout cela va nourrir la personne le plus profondément et le plus intensément possible.

Est-ce qu'on peut tout soigner avec ces changements ?

On peut rétablir le terrain donc la personne va ensuite s'auto-guérir. Cette notion d'auto-guérison est extrêmement importante. Ça veut dire que le corps prend ce qu'on lui donne, puis on a une première phase délicate qui est la détoxination. C'est la mise en circulation de toxines qui s'étaient accumulées dans le tube digestif, les intestins, la peau, les muscles, les articulations et tous les autres tissus. Pendant la détox, le corps fait des crises dites curatives ou d'élimination grâce aux émonctoires : intestins, reins, poumons, peau. Ce sont ces organes qui éliminent les déchets. Un eczéma peut s'intensifier parce que le corps nettoie par exemple. Cette détox va s'arrêter toute seule et on peut l'adoucir bien sûr. Ensuite, c'est la phase de régénération.

Tu proposes l'hydrothérapie du côlon à tes patients. Tu peux nous expliquer en quoi ça consiste ?

Cela sert à nettoyer les intestins qui peuvent être fatigués par une alimentation moderne, raffinée, avec des pâtes, des laitages, de la viande... Bref, des aliments non physiologiques qui s'accumulent dans l'intestin et provoquent des fermentations – gaz qui n'ont pas d'odeur – et des putréfactions – gaz qui ont une mauvaise odeur.

Bon à savoir...

N'est-ce pas ! Ce qui putréfie en général ce sont les protéines animales : viande, œuf, poisson, laitages. Quant à la fermentation, elle concerne es sucres et c'est le cas typique des gens qui mangent des fruits en dessert ou du pain. Les personnes qui ont arrêté le gluten depuis très peu, pour les trois jours de préparation avant l'hydrothérapie par exemple, peuvent avoir des quantités astronomiques de gaz et parfois même n'éliminer que ça pendant l'hydro. C'est une technique fabuleuse et sans danger. Ce qui est dangereux pour le corps, c'est l'accumulation des toxines, la constipation.

La constipation, c'est le mal du siècle pour les naturopathes, n'est-ce pas ?

Oui, il faut savoir que la constipation peut avoir des effets profonds et peut par exemple déclencher des dépressions. On a un système nerveux dans l'intestin qui fabrique des neuromédiateurs comme la sérotonine. Si l'intestin ne fait plus ce travail de fabrication et de stockage des neuromédiateurs, les personnes se retrouvent avec des troubles du sommeil, des angoisses, des troubles dépressifs ou ce qu'on appelle la bipolarité. Ça se soigne très bien avec des jus, du cru mais ça fait aussi vendre des médicaments....

Y a-t-il d'autres maux qui n'ont pas l'air directement liés à nos intestins et qui le sont ?

Oui. Par exemple, notre muqueuse intestinale est perméable. Elle doit laisser passer les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments dans la voie générale. Mais cette perméabilité est accrue par une mauvaise alimentation et on parle alors d'hyper-perméabilité. Au lieu de laisser passer les bonnes choses, la muqueuse va laisser passer les toxines qui vont se loger dans les tendons ou les muscles autour de l'intestin. Donc toutes les personnes qui ont des problèmes de lombaires, de sciatique, de lumbagos ou de cruralgie ont en fait des problèmes de ventre. Ces gens vont soulager leurs douleurs chez le kiné ou avec des médicaments mais ne les soignent jamais vraiment.

On conclue sur une note optimiste ?

Mais tout ça est très optimiste ! Nous avons le choix de manger bien ou pas, et c'est vraiment faisable. On n'est pas forcé d'aller dans des choses radicales comme du 100% cru mais on peut arrêter les laitages, le gluten et les céréales en général, diminuer les pommes de terre et le riz... La leçon est que notre santé est simplement entre nos mains.

Pour des intestins qui pètent la forme, on vous conseille le Smoothie "Gourmandise" de Jacqueline, pas vraiment calibré pour la détox mais absolument délicieux !