Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA FRANCE CRUE

LA FRANCE CRUE

Menu
Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"

Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"

"Superfood" ! C'est sûr, vous en avez entendu parler. Ça aurait presque pu être le mot de l'année 2015 tellement c'est trop tendance. Un superaliment, c'est comme un aliment que tu en manges un tout petit peu et t'es gavé de nutriments, vitamines et minéraux pour la journée. Je simplifie hein. Citons le cacao cru, la spiruline (c'est une micro-algue) ou encore maca, lucuma, graines de chia... Depuis deux ans, Benjamin Escamez fait lui aussi le tour de France pour y implanter la marque de superaliments biologiques Iswari. Rencontre sur son camp de base de Luc-en-Diois (26).

Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"
Hello Benjamin ! C'est quoi un superaliment ?

C'est un aliment qui concentre d'importantes propriétés nutritives. Dans l'optique de manger moins en quantité pour ne pas plomber le système digestif, les superaliments sont très intéressants car ces produits sont très riches donc il n'est pas nécessaire d'en manger beaucoup. Ainsi, tu économises sur ton énergie digestive pour de grands apports nutritifs.

Est-ce que ce n'est pas un peu du marketing ?

Tout dépend des marques et de la consommation que tu en fais. Chez Iswari, on n'a jamais dit qu'il fallait se nourrir exclusivement de superaliments. Dans l'idéal, il faudrait déjà manger local à 90%, puis compléter avec ces superaliments. Sous d'autres tropiques, la nature nous offre des merveilles ! Donc chaque fois que l'on a l'occasion d'en manger, il faut surtout être dans la gratitude envers la personne qui l'a fait poussé et la nature...

Qu'est-ce qu'on peut en attendre en termes d'effets sur la santé ?

L'idée que nous portons avec Iswari, c'est que les superaliments ne doivent pas être considérés comme des compléments alimentaires : ce sont des aliments. Sur nos produits, on a mis des idées de recettes. Avec la spiruline, on peut faire un jus vert par exemple, et avec la maca, du chocolat cru. Tout de suite, ça devient ludique. On ne fait pas la grimace parce qu'on doit se boire le produit dans un verre d'eau... Il faut un peu de créativité et de folie pour faire découvrir aux autres cette manière de s'alimenter, et plus largement ce style de vie ! En termes d'effets sur la santé, l'énergie, c'est à chacun de faire l'expérience pour soi.

Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"
Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"
Tu te souviens de la première fois où tu as entendu parler d'alimentation vivante ?

Je faisais les marchés pour Iswari en Suisse et j'étais en face d'un autre Benjamin qui est traiteur en cuisine vivante. Il me faisait goûter tout un tas de préparations : des choses lacto-fermentées, déshydratées... Il m'a fait découvrir tout le panel de la cuisine vivante. Ça m'a ouvert au fait que le crudivorisme ne se réduit pas à une carotte et un kiwi ! C'est beaucoup plus large que ça.

Comment l'as-tu intégré à ton quotidien ?

Le premier truc, ça a été le chocolat... Ensuite, il y a eu les jus et ça, c'est juste délicieux. Boire un jus frais, fraîchement extrait, ça a quelque chose de luxueux. Les graines germées et les algues ont pris aussi beaucoup de place dans mon alimentation. J'ai une copine en Bretagne qui ramasse directement les algues fraîches dans la mer : c'est sublime !

Tu proposes un service traiteur sur de nombreux salons et foires bio. Quelles sont les réactions des gens face à ton stand de cuisine vivante ?

Ils réagissent plutôt pas mal. Déjà parce que c'est très beau et aussi parce que c'est nouveau. Les gens posent des questions, il y a un échange, puis ils repartent avec une assiette. Je dirais qu'une personne sur quatre revient sur la stand pour nous dire que c'est super ! L'alimentation vivante est une occasion de se questionner sur sa santé en général. Les principes du crudivorisme montrent bien que ce n'est pas parce que l'on mange bio que l'on mange équilibré. Toute une faune s'est jeté sur le bio sans avoir de connaissances en matière d'alimentation et beaucoup de gens finissent par reproduire les excès de l'alimentation conventionnelle en mangeant bio.

Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"
Benjamin Escamez : "La nature nous offre des merveilles à manger"

Voir l'épisode #4 chez Benjamin

Si tu devais élire le superaliment de l'année 2015 ?

L'herbe de blé reste le truc génial à prendre tous les matins. Le Moringa est aussi très puissant. C'est un arbre qui a tellement de propriétés qu'on le dit "plante miracle". Et puis, il y a aussi les éclats de fèves de cacao qui sont trop bons...

Tu manges à 80% cru. Et pourquoi pas 100% ?

C'est surtout l'aspect social qui fait que je ne vise pas le 100%. Mais je suis assez extrémiste dans mes expériences donc j'ai déjà fait 100% cru quelques jours. J'ai fait des diètes, des formations de yoga où l'on mangeait très différent. Bref, j'ai mal expérimenté au niveau de l'alimentation. J'ai déjà beaucoup d'énergie et pas de problème de santé donc je suis pas en recherche d'une solution immédiate.

Mais je crois qu'il faut faire ses expériences dans les extrêmes et tenter le 100% cru pour voir. ce n'est jamais que l'opposé de la nourriture industrielle conventionnelle qui est extrême à sa manière. Ensuite seulement on peut trouver la « middle way », sa propre voie. L'important dans tout ça, c'est d'apprendre à s'écouter, à observer ce qui change chez nous lorsque l'on modifie notre alimentation. Il faut devenir un chercheur, un observateur assidu de notre corps pour comprendre comment il fonctionne.

Je me préserve d'énoncer de grandes règles. Je peux parler de mon expérience mais pas prôner la même chose pour tout le monde. La chose la plus importante que l'on a à apprendre, c'est l'observation de nos propres réactions aux aliments. Il ne faut pas prendre tout ce qu'il y a sur Internet pour argent comptant. On a tous besoin de tester ces choses-là. Il y a une différence entre la connaissance, qu'on peut trouver dans les livres, et le savoir, c'est-à-dire notre propre expérience. C'est le savoir qui peut nous amener à une forme de sagesse.

 

Retrouvez Iswari sur Facebook !