Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA FRANCE CRUE

LA FRANCE CRUE

Menu
Virginie : Parcours d'une tribu crudosaure

Virginie : Parcours d'une tribu crudosaure

Changer d'alimentation, c'est un choix qu'on peut faire pour la planète, pour les animaux... mais aussi pour soi-même ! Comment vivre ce changement en famille, avec des enfants ? Comment éduquer sans imposer ? Rencontre à Gap avec Virginie, la super maman derrière Tout cru et tout bronzé qui a embarqué sa smala dans l'aventure crudiste.
Virginie : Parcours d'une tribu crudosaure

Salut,

Je suis Virginie, 39 ans dans quelques semaines, maman deux fois et je vis chez mes enfants !

J'ai découvert l'alimentation vivante il y a un vingtaine d'années, en tombant sur un ouvrage traitant de ce sujet ("La guerre du cru"). J'étais déjà végétarienne à cette époque.

Voici donc le bref récit d'une petite tribu vivante de crudosaures.

L'enfance période sensible et "cru"ciale

Etant enfant je détestais la viande, sa texture, et je restais des plombes à table pour finir mon assiette, qui, oh merci, finissait la plupart du temps dans la grande gueule béante de la poubelle. Je n'avais jamais faim le matin. On me forçait à manger et j'étais très régulièrement constipée, donc élevée au Microlax avec des infections urinaires à répétitions...

J'ai eu la chance d'avoir une maman qui aimait préparer à manger, qui nous confectionnait des plats remplis de légumes frais et la plupart du jardin de ma grand mère...mais sur la table se trouvait aussi des hôtes non invités à mes yeux : des animaux morts ! Heureusement nous n'en avions pas trop souvent car la simple odeur de la viande et son goût me révulsaient.
Mon cauchemar était d'aller chez le boucher du village...Voir du haut de mes centimètres cet étal de bêtes écorchées, inanimées, baignées de sang, décorées de couteaux et crochets, empaquetées dans un papier pied de poule rose et agrémentées du sourire du commerçant, de ses doigts sanguinolants et de son regard hagard me donnait des cystites...

J'aimais les animaux mais pas dans mon assiette. Lorsque j'ai pu devenir végétarienne, je l'ai fait et sans difficulté. Nul besoin pour moi de transition, de faux jambon ou saucisses végé puisque je n'aimais déjà pas les "vraies". Et c'est aussi sans transition que j'ai franchi le pas vers l'alimentation vivante en y entraînant avec joie le reste de la famille !

Virginie : Parcours d'une tribu crudosaure

Élevés sous la mère

M'étant informée dans l'adolescence sur les aliments amis et les autres plus "encrassants" pour l'organisme, j'avais déjà fait le choix de ne pas donner de laitages animaux à mes futurs enfants. La vache est la mère du veau et je serai la mère de mes enfants ! J'ai donc allaité et co-allaité 8 années en tout.

Les enfants sont devenus végétariens naturellement à l'exception des quelques repas pris chez les grands-parents, puis végétaliens et enfin depuis 2 ans, frugivores vegan à temps partiel (ou raw till 4) En période hivernale, sous nos latitudes, un repas cuit le soir leur convient bien. Ces repas cuits sont basés sur des légumes, quinoa, pomme de terre, patate douce... Je leur fais confiance, selon leurs envies. L'un des avantages pragmatiques de l'alimentation vivante est l'immédiateté, l'autonomie et la quasi-absence de vaisselle.
La cuisine n'est donc pas un lieu qui leur est étranger et, depuis petits, ils y sont actifs, aident, goûtent, inventent.
A 10 et 7 ans, ils se font leurs idées et lorsqu'ils sont invités, ils indiquent avec conviction ce choix qui leur appartient maintenant.

Maya et Enki
Maya et Enki

Maya et Enki

C'est l'été toute l'année

Pourquoi passer du végé au crudi...
Il y a deux ans, je me suis (encore !) questionnée sur notre alimentation végé... Je n'étais pas dans une forme physique incroyable, avec mon petit ventre de femme enceinte de 4 mois qui ne l'était pas, un sommeil moyen, une fatigue chronique matinale, des sautes d'humeur et un manque de peps flagrant.

J'ai remarqué à juste titre que la période estivale était ma période préférée. La chaleur et le soleil faisait mon affaire mais pas que... A l'heure des repas, je consommais tout ce que j'aimais : voilà la clé ! En février 2013, j'ai décidé que ce serait l'été toute l'année.

J'ai donc mis plus d'été dans ma cuisine et j'ai mangé cru tout le temps... Mes enfants y sont passé aussi, plus tranquillement et avec joie. Au bout de 6 mois, j'avais une pêche incroyable, une humeur florissante et l'envie de me bouger.

Mon mari Fred m'a observé pendant tout ce temps, comme un labo sur patte, et s'y est mis aussi. Pour couronner cette démarche vers plus de vie dans notre vie, nous avons fait le choix conscient, sensé et cohérent du veganisme...

Virginie : Parcours d'une tribu crudosaure

S'installer dans ce que l'on est

Aujourd'hui, après plus de deux années d'alimentation vivante et vegan, les changements opérés sont bien visibles. En voici une liste non exhaustive :

Un sommeil de qualité, un réveil plein d'énergie, des journées actives et tranquilles, une endurance et une envie de se bouger, plus de souplesse physique (et d'esprit), des yeux qui s'éclaircissent, un regard qui s'adoucit, une peau plus fine, un corps plus épanoui, un moral flambant neuf, une ouverture sur l'extérieur et sur soi...

Bref, on retrouve petit à petit sa nature profonde, calme, sensible et bienveillante, en accord avec le monde qui l'entoure et la contient.

Virginie : Parcours d'une tribu crudosaure
Ce témoignage vous a plu ? Suivez notre tour de France à la rencontre des crudivores sur Facebook pour découvrir d'autres jolis récits de vies transformées par l'alimentation vivante ! Et si vous voulez faire du yoga à Gap avec Virginie, c'est par ici : )