Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA FRANCE CRUE

LA FRANCE CRUE

Menu
Lucie : "J'aimerais que tout le monde connaisse ce bien-être"

Lucie : "J'aimerais que tout le monde connaisse ce bien-être"

Nous avons fait mille rencontres depuis notre départ il y a huit mois (j'exagère à peine), et aujourd'hui, nous aimerions vous présenter Lucie, que vous connaissez peut-être déjà.

Lucie : "J'aimerais que tout le monde connaisse ce bien-être"


Tout d'abord parce qu'elle donne des ateliers de cuisine vivante et qu'il faut que ça se sache. Ensuite, parce qu'elle anime ces ateliers avec sa maman naturopathe, que nous avions interviewée ici. Mais aussi, car c'est un peu notre gourou de la raw food, celle qui nous a inspirés pour se lancer dans ce mode de vie. Pourtant, lorsqu'on l'a rencontrée il y a quelques années, ni elle, ni nous ne savions que certaines personnes se nourrissaient exclusivement de végétal cru et nous imaginions encore moins en faire partie un jour. Elle répond à quelques questions sur son parcours de "crudivore".

Hello Lucie ! Comment en es-tu venue à manger vegan et cru?

Il y a deux ans, j'avais 25 ans et j'étais fatiguée d'être fatiguée. Les médecins ne me trouvaient rien de spécial, on m'assurait que ce n'était pas bien grave d'avoir une mauvaise circulation, des boutons, mal aux reins etc, mais quelque chose me soufflait que NON, ce n'était pas normal... Surtout à cet âge-là. Fille de naturopathe, et souffrant d'intolérances alimentaires depuis bébé, mon petit doigt m'a dit que tout venait peut-être du ventre. Alors je suis passée au tout cru.

Résultat ?

Sans appel ! Ma vie a changé. Je n'ai pas seulement retrouvé l'énergie de mon enfance, je l'ai largement surpassée. Ça a aussi changé mon moral et mon état nerveux, qui sont très liés aux intestins. Je suis zen et j'ai enfin de la motivation, pour la première fois depuis 25 ans ! En comprenant quels sont nos réels besoins physiologiques, je suis aussi devenue plus sensible à la cause des animaux. Il me semble immoral de continuer à faire souffrir des êtres vivants et sensibles, alors qu'on peut s'en passer, par simple flemme et avidité.

Faut-il manger 100 % de cru végétal pour expérimenter ces bienfaits ?

En ce qui me concerne, j'ai expérimenté 100% pendant six mois. C'est important d'être au plus strict quand on a des problèmes de santé, pour que le corps ait le temps de retrouver son énergie et détoxine bien. Quand j'ai vraiment senti que j'avais retrouvé mon énergie, je me suis permise plus d'écarts, en évitant les poisons majeurs (gluten, lait) et jamais de viande. Mais je ressens une réelle baisse d'énergie quand je mange à 80% cru au lieu de 100%.

Ce n'est pas trop compliqué socialement ?

Je ne trouve pas. J'ai eu la chance d'avoir un entourage plutôt curieux et amusé. Chez des amis, je ramène souvent un bon truc à partager. Au resto, il y a toujours moyen d'avoir une salade, même s'il faut demander d'enlever ou de rajouter quelque chose. Le plus souvent, j'essaie d'emmener mes amis dans des restos crus ou végétariens, comme ça ils découvrent cette cuisine en même temps. J'impose un peu ma loi en fait ! (rires) De manière générale, il faut expliquer les choses simplement, avec le sourire, sans se sentir obligé de convaincre les gens.

Et en voyage ?

Cela dépend d'où on voyage ! Dans les pays tropicaux, c'est plutôt cool car il y a plein de fruits. Mais on trouve quand même des fruits partout. Et un crudivore averti a toujours quelques fruits ou noix dans son sac, en toute circonstance (rires). Il y a aussi beaucoup de pays où les restos vegans et crudivores sont bien plus nombreux qu'en France : tous les pays anglo-saxons, l'Asie du Sud Est, l'Espagne...

Pourquoi as-tu eu envie de lancer des ateliers de crusine ?

Depuis deux ans, j'ai perfectionné de nombreuses recettes, inspirées par mes voyages dans des endroits du monde où le crudivorisme est plus implanté. J'ai envie qu'un maximum de personnes connaissent cet état de bien-être que j'ai atteint. Je souhaite montrer aux gens qu'il est possible de réaliser des plats crus délicieux, qu'ils pourront servir sans honte et sans mettre en danger leur santé et celle de leur proches.

Tu as d'autres projets ?

Oui, la création d'un centre de detox par le jeûne, les jus, le cru, l'hydrothérapie du côlon, etc... dans la campagne auvergnate. A suivre !

Pour connaitre le programme des ateliers animés par Lucie et Jacqueline, rendez-vous ici !

A LIRE AUSSI

Lucie : "J'aimerais que tout le monde connaisse ce bien-être"