Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA FRANCE CRUE

LA FRANCE CRUE

Menu
Jean-Luc & Arkami : "Nous avons dû tout réapprendre"

Jean-Luc & Arkami : "Nous avons dû tout réapprendre"

Niché au coeur du Finistère, l'Atelier Shima-e est l'un des rares restos 100% crus de France. Il y a quelques années, Jean-Luc et Arkami tenaient un bar tout à fait classique dans lequel l'ambiance était plutôt à la bière pression qu'à l'extracteur de jus. Depuis, ils ont révolutionné leur lifestyle et ont réappris à cuisiner de A à Z, uniquement avec des ingrédients végétaux et crus. Dans ce lieu chaleureux qui mixe atelier d'artiste et resto associatif, ils partagent leur passion pour cette alimentation vivante qui a changé leur vie. 

Jean-Luc & Arkami : "Nous avons dû tout réapprendre"

Vous pouvez nous raconter votre parcours ?

Jean-Luc : J'ai appris que je souffrais d'une hépatite C en 2001. J'ai eu deux vagues de traitements assez lourds, des bi-thérapies. A la fin du premier traitement, j'avais d'autres douleurs mais personne ne pouvait me dire de quoi il s'agissait. Je suis passé de blouses blanches en spécialistes pendant un moment. Mon pied avait doublé de volume, il était complètement inflammé. L'un des spécialistes a réussi à me diagnostiquer un purpura, symptôme d'une maladie auto-immune qu'on appelle la cryoglobulinémie. Mon corps était en train de s'attaquer lui-même. Le seul traitement qu'on m'a proposé était le même que celui pour l'hépatite C, une bi-thérapie.

 

Arkami : Chez certaines personnes, ce traitement modifie l'humeur. Au bout d'un moment, Jean-Luc est devenu aggressif, il ne supportait plus rien. Son caractère avait complètement changé. L'hépatologue à qui j'en ai parlé nous a dit qu'il y avait effectivement beaucoup de cas de divorces liés à ce traitement. Ah ! Intéressant... Donc en plus de son traitement, il a eu des anti-dépresseurs. 

 

Jean-Luc : C'était un vrai traitement de choc, avec des piqûres deux fois par semaine, pendant un an et demi. J'ai commencé à perdre mes cheveux, mes muscles. Je ne me sentais pas mieux, c'était de pire en pire. Finalement, la maladie auto-immune n'a plus été "détectable" mais j'ai eu de gros problèmes de dos à la place, une sciatique paralysante. J'ai été allité pendant des mois, avec des anti-douleurs et toujours des anxyolitiques. Quand je m'habituais à un médicament, on m'en prescrivait un autre. La pharmacie du coin était mon dealer officiel. Du jour au lendemain, j'ai décidé d'arrêter tous les médicaments. Mon moral s'améliorait mais physiquement j'étais au plus bas. 

 

Arkami, Ysis et Jean-Luc à l'Atelier Shima-e

Arkami, Ysis et Jean-Luc à l'Atelier Shima-e

Pourquoi avez-vous changé votre alimentation ? 

 

Arkami : Ce n'était pas lié à la santé au départ. Il y a sept ans, à la période des fêtes, je suis revenue du supermarché dégoûtée par cet étalage de barbaque... Je suis rentrée à la maison en disant que je ne mangerais plus de viande. Ma fille Ysis était ravie car cela faisait déjà un an qu'elle demandait à être végétarienne. Jusqu'alors, on considérait que manger un peu de tout, c'était manger équilibré. On ne mangeait presque pas de fruits par contre. 

Même si la raison de départ était l'éthique, nous avons ressenti un mieux-être en arrêtant la viande. Puis en 2010, j'ai été malade. Je n'avais plus faim, je faisais des cystites... Je suis tombée sur des articles sur la candidose et cela correspondait à ce que j'avais. La seule façon de s'en débarasser est d'observer un régime strict, sans sucres, sans gluten et sans produits laitiers. J'ai fait le test et j'ai retrouvé de l'énergie. J'ai perdu du poids et les cystites ont disparu. En voyant que mon changement d'alimentation m'avait apporté un mieux-être, j'ai fait des recherches dans ce sens pour Jean-Luc. C'est là que je suis tombée sur la vidéo d'Irène Grosjean et je suis restée scotchée. C'était tellement logique. 

Jean-Luc : J'ai été convaincu aussi. Nous avons tout changé, sans regret pour notre ancienne façon de manger. Il faut dire qu'entre temps, on m'a diagnostiqué une hémocromatose génétique. Mon foie stoquait trop de fer et la seule façon de me "soigner" était de faire des saignées, de me pomper du sang régulièrement pour maintenir un taux de fer acceptable.

Arkami : Dès le lendemain, nous avons donc laissé tomber le café-tartines de beurre. Nous l'avons remplacé par un bol de fruits, en coupant ce que nous avions sous la main. On a beaucoup aimé et nous avons refait la même chose le lendemain matin. Depuis, nous n'avons plu jamais mangé de tartines avec du café ! Alors que cela faisait 40 ans que nous prenions ce genre de petit-déjeuner, nous l'avons vraiment laissé tomber sans difficulté.  A ce moment-là, ce n'est pas ton intellect qui joue, je crois que c'est notre corps qui nous a dit : "OK, c'est ça qu'il me faut". Rien qu'avec ce bol de fruits le matin, nous avons regagné de l'énergie. Puis nous avons rajouté des salades, éliminé les céréales... 

Jean-Luc : On sentait que cela allait dans le bon sens donc nous avons voulu aller plus loin en consultant Irène Grosjean. Pendant 2 ou 3 mois, nous avons mangé strictement cru. Arkami a toujours cuisiné des choses "maison" mais nous n'avons jamais aussi bien manger que depuis que l'on mange cru ! Aujourd'hui, j'ai vraiment plaisir à passer à table, à faire des recettes.

Jean-Luc & Arkami : "Nous avons dû tout réapprendre"

Qu'est-ce que cela a changé pour vous ? 

Jean-Luc : Tout doucement, j'ai pu refaire des choses qui m'étaient impossibles. Refusant les

anti-douleurs pour ma sciatique, j'aurais dû, selon la médecine, souffrir de mon dos pour toujours. Aujourd'hui je n'ai plus de problème de dos. Mes coups de blues ont disparu. Je suis retourné voir mon médecin généraliste avant son départ à la retraite. Il avait diagnostiqué mon hépatite C il y a 15 ans. Je lui ai fait remarqué que lui arrêtait de travailler et que moi, je pouvais recommencer à vivre. Il m'a répondu avec un grand sourire : "Et ce n'est pas grâce à moi..."

Arkami : Même si l'enjeu était moindre pour moi, cette nouvelle alimentation m'a fait un effet boeuf ! Je commençais à avoir de l'arthrite au genou, du psoriasis régulièrement. J'ai perdu 15 kilos, tous mes petits soucis de santé ont disparu. Du côté psychique, il a eu aussi du changement. Nous avons changé notre façon de voir les choses, de manière plus globale. Jean-Luc est devenu positif, alors que c'était quelqu'un de très négatif depuis toujours. Je le connais depuis ses 19 ans et c'était impressionnant d'assister à cette transformation. 

 

 

Jean-Luc & Arkami : "Nous avons dû tout réapprendre"

Comment avez-vous géré la transition avec les enfants ?

 

Arkami : On a dit aux enfants que nous leur avions raconté beaucoup de bêtises sur la nourriture et que nous-mêmes désapprenions ce que nos parents nous avaient transmis, pour réapprendre autre chose. Ysis a commencé avec les purées de fruits, juste des mélanges au blender. On faisait toujours du cuit mais elle a mangé de plus en plus de cru et le cuit a disparu petit à petit. Aujourd'hui, nous mangeons à 95% cru, avec des exceptions pour les crêpes par exemple, parce qu'on est bretons quand même ! Mais quand on mange cuit, on est malades, on ne sent pas bien. Il y a cette envie de renouer avec des traditions ou notre vie d'avant mais on tolère de moins en moins bien les écarts.

 

 

Vous avez eu envie de partager cela en ouvrant un restaurant 100% cru...

Arkami : Oui, il fallait faire tester cela à d'autres et Jean-Luc allait mieux donc nous voulions reprendre une vie active. Aujourd'hui, la majorité de notre clientèle est bien sûr omnivore. Nous avons eu des personnes de tous types, des ados, des personnes âgées... Visuellement, cela plait toujours beaucoup car c'est plein de couleurs. Au niveau du goût, les gens redécouvrent des saveurs. Lorsqu'ils apprennent que, en plus, c'est bon pour la santé, ils posent beaucoup de questions, ils demandent où trouver des recettes. Personne ne sort d'ici sans discuter dix minutes au bar ! On voit que les gens ne veulent plus être des patients inactifs. Beaucoup se prennent en main par la voie de l'alimentation et arrêtent le gluten, le sucre raffiné.


 

Jean-Luc & Arkami : "Nous avons dû tout réapprendre"

On conclue ? 

Jean-Luc : Il faut qu'un maximum de gens essaient cette alimentation. On peut être séduit en un repas. Venez à l'Atelier Shima-e !

 

 

 

Suivez l'actualité et le menu de l'Atelier Shima-e sur Facebook !

Nous avons eu la chance de passer quelques jours à chez Jean-Luc et Arkami à Pont-Croix et on ne peut que vous encourager à aller goûter leur crusine :) Le lieu est magique, tout est délicieux et ce n'est pas donné à tous de pouvoir bruncher cru le dimanche, alors précipitez-vous les Bretons !