Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA FRANCE CRUE

LA FRANCE CRUE

Menu
Les 8 erreurs du crudivore débutant (et comment les éviter)

Les 8 erreurs du crudivore débutant (et comment les éviter)

Manger cru et végétal, voilà qui remet en question tout ce que l'on avait appris sur l'alimentation... Si les infos sur ce lifestyle abondent sur le web, il n'est pas toujours évident de les mettre en pratique chez soi ! Voilà une liste non exhaustive de quelques pièges à éviter pour les crudistes débutants :)

Les 8 erreurs du crudivore débutant (et comment les éviter)

1. Ne pas manger assez

 

Le nombre de calories à ingurgiter quotidiennement se calcule en fonction de l'activité physique, du sexe, de l'âge et de la masse corporelle. L'alimentation est censée couvrir au moins l'équivalent de ce que nous dépensons en énergie pour permettre à l'organisme de fonctionner. On estime qu'un homme a un besoin quotidien moyen de 2100 calories et qu'une femme devrait manger autour de 1800 calories chaque jour. Vous pouvez calculer vos besoins spécifiques ici.

Si elle est extrémement riche en micro-nutriments, la nourriture crue et végétale est relativement "déconcentrée" en calories, par rapport à la nourriture cuite qui est très pauvre en eau. Il faut donc adapter les quantités et muscler son estomac pour s'habituer à manger plus que d'habitude. Les smoothies sont un bon moyen de manger en quantité sans avoir à tout mastiquer, un exercice qu'il faut aussi réapprendre.

Pour être sûr de manger suffisamment, on peut s'aider avec le site Cronometer qui est vraiment génial (mais en anglais, sorry...)

En plus de vous donner des indications très précises sur les calories mangées par rapport à vos besoins personnels (il faut renseigner son âge, poids etc...), c'est le moyen idéal de se rassurer par rapport à l'alimentation vivante. Vous n'imaginez pas le quota de calcium et de protéines emmagasiné lors d'une journée toute crue bien équilibrée. Je ne vous parle pas des indicateurs des vitamines qui explosent littéralement...

 

Les 8 erreurs du crudivore débutant (et comment les éviter)

2. Ne manger que des salades

 

C'est un peu le réflexe de l'omnivore qu'on a été. Quand on pense "manger cru", on voit des carottes râpées, de la salade, des concombres, bref tout ce que l'on classe dans les "crudités". Le problème c'est qu'à ce régime, personne ne peut tenir la distance. Ces aliments sont avant tout riches en eau, pauvres en calories (on retombe sur le point 1 de cette liste) et ils ont des fibres dures que les intestins fragilisées ne pourront pas supporter en quantité dans un premier temps. 

Le carburant principal du corps, c'est le sucre (les fameux "carbs" en anglais). D'où les pulsions sucrées qui surviennent en général le soir quand on mange (soit disant) de tout... Pour avoir de l'énergie, il faut donc manger des fruits en quantité. Ce n'est pas du tout dans nos habitudes et ça peut sembler bizarre au début de faire un repas de bananes ou de mangues mais croyez-moi, c'est délicieux (pas négligeable !), rassasiant et parfait pour avoir la pêche. En plus, fruit is fast food, my friend !

De manière générale, on peut manger cru en faisant des monodiètes d'amandes par exemple. Comme on peut manger sans gluten en se gavant de pizzas industrielles, ou végétarien en devenant un maniaque de la pasta. Pour éviter ça, on varie ses aliments au maximum, on diversifie ses apports, on suit les saisons !

Les 8 erreurs du crudivore débutant (et comment les éviter)

3. Négliger la verdure

La chlorophylle, c'est la vie ! On l'appelle parfois "le soleil liquide" car c'est le pigment vert qui absorbe l'énergie de l'astre de jour via le processus de photosynthèse.

Très riches en minéraux, les verdures sont essentielles dans notre alimentation. Mais il faut reconnaitre que la salade, les fânes de carottes, les feuilles de chou ou le persil peuvent être moins appétents qu'un fruit bien juteuxJ'ai essayé de vous trouver un chiffre de la quantité de verdure que l'on devrait absorber chaque jour mais tous les résultats Google concernent l'alimentation des lapins. Je crois que tout est dit. LOL

En tout cas, il est certain que notre alimentation moderne et raffinée épuise nos réserves minérales et qu'il est nécessaire de se refaire un petit capital de minéraux si l'on souhaite retrouver la pêche. Les jus et les smoothies sont parfaits pour augmenter l'air de rien notre consommation de verdure. En respectant un ratio (indicatif) de 30% de fruits et 70% de vert dans ces préparations, on est sûr d'obtenir un bon goût sucré et de bénéficier du même coup de tous les bienfaits du green

Pour vous en convaincre, il y a ce petit livre sur les smoothies verts qui est plein d'infos et de recettes. Et sinon, il y a ce clip. Juste magique. 

4. Ne pas se mettre aux fourneaux

 

Enfin, "aux fourneaux", on se comprend... J'entends par là que vous allez devoir préparer vous-même un certain nombre de vos plats car les spaghettis de courgettes chez Paul ce n'est pas pour tout de suite... Reprendre son alimentation en main implique que l'on s'autonomise et que l'on passe plus de temps que d'habitude en cuisine. Vive le fait maison ! Même si vous étiez un piètre cordon bleu, il y a toutes les chances pour que la cuisine vivante vous réussisse. Elle est beaucoup moins complexe que notre gastronomie traditionnelle, ne présente aucun risque de "cramage" et laisse une grande place à l'improvisation.

Les plats crus élaborés seront de véritables alliés dans votre transition. Ils vous permettront de retrouver ce côté "comfort food", de reproduire vos anciennes amours pour le côté psychologique de la chose (pizza, spaghettis, burger) et de réaliser des "deep dishes" bien consistants (Désolée pour les anglicismes mais je ne crois pas que l'on ait d'équivalent pour ça... En gros, c'est l'idée d'un bon gros plat des familles) Et puis c'est un vrai plaisir de découvrir de nouveaux ingrédients, de nouvelles recettes et d'épater son entourage avec. Donc à vos marques, prêt, crusiner !

Genre, si ton truc c'était les Twix : rien n'est perdu :D [Recette sur le blog]

Genre, si ton truc c'était les Twix : rien n'est perdu :D [Recette sur le blog]

5. En faire son identité

 

Le crudivorisme n'est pas une religion. Il n'est donc pas question de vous convertir du jour au lendemain à un ensemble de dogmes mais bien d'expérimenter par vous-même, en gardant un oeil critique et l'esprit ouvert qui vous a sûrement conduit sur cette piste.

Je n'aime pas trop ce mot "crudivore". D'abord parce qu'on ça sonne comme "Je mange des enfants tout crus", et puis parce que c'est dommage de réduire la personne que vous êtes à la façon dont vous vous alimentez. 

Ne vous en faites pas, votre entourage se chargera de vous coller cette étiquette lui-même. Certains ne pourront d'ailleurs plus vous parler sans évoquer cet aspect de votre vie. Il ne faut pas le voir comme une agression mais plutôt une petite gêne de leur part. Un peu comme quand on fait son coming-out et qu'on devient "l'homo de service"... Rappelez-leur que vous n'avez pas inventé les fruits & légumes et que tout ce que vous faites est d'en consommer une grande part, pas de militer à chaque repas pour une secte invisible. Bref, restez-vous même car c'est comme ça qu'on vous aime :) 

Freelee approuve ce message avec classe.

Freelee approuve ce message avec classe.

6. Vouloir convertir la terre entière

 

Un conseil de la personne qui a tout lâché pour faire le tour de France des crudistes, hum hum... Sérieusement, je parle en connaissance de cause : être insistant est la pire des stratégies. Il y a deux ans, je parlais de raw food à TOUT LE MONDE. Mais vraiment, tout le monde, chaque personne que je croisais. J'arrivais à le caser dans n'importe quelle conversation, du covoitureur lambda à la caissière. Il me semblait évident que les gens s'y mettraient tout de suite une fois que je leur aurais donné l'info. Et ben non. En fait, j'ai moi-même mis de longs mois avant de m'y intéresser vraiment, alors qu'une amie me vantait régulièrement les bienfaits de son régime cru. Et si elle a fini par me convaincre, c'était sans chercher à le faire justement.

Il est clair que le crudiste débutant n'a que sa nouvelle alimentation à la bouche, d'autant plus s'il en a ressenti de grands bienfaits. Attention donc si vous avez eu le déclic, tout le monde n'est pas prêt à entendre vos découvertes. Vous avez certainement des amis omnivores très sympas et ça serait bête de les faire fuir à grand coup de leçons moralisatrices. Même si votre discours est bienveillant, l'auditoire peut se sentir agressé dans ses choix personnels. En clair, on croit qu'on dit "Moi je fais comme ça", mais les autres entendent "Pourquoi tu fais pas pareil ???"

La nourriture , c'est vraiment très affectif et on a tôt fait de blesser son interlocuteur sans le vouloir. Cela peut susciter des réactions plus ou moins violentes qui sont décourageantes ou des questions hyper pointues (tout le monde devient soudain un spécialiste en nutrition...) auxquelles vous n'avez pas forcément les réponses, ce qui peut s'avérer frustrant.

Se limiter à en parler avec les gens qui vous interrogent à ce sujet est plus apaisant. Chacun sa route, chacun son chemin, comme disait un tonton à moi. 

Pas toujours fastoche de communiquer avec ses congénères (http://www.insolente-veggie.com/)

Pas toujours fastoche de communiquer avec ses congénères (http://www.insolente-veggie.com/)

7. Tout miser sur l'alimentation

 

A n'en pas douter, on est ce l'on mange et les aliments que l'on choisit d'ingurgiter ont forcément une répercussion sur notre bien-être physique et moral. Mais l'alimentation ne fait pas tout !

Il est important de penser son mode de vie dans son ensemble, de faire un peu d'activité physique, de bien dormir, de pas trop picoler... Mais là je vous apprends rien, non ? 

 

8. Vouloir être parfait

 

Quand on décide d'adopter ou d'intégrer l'alimentation vivante à son régime, il faut tout réapprendre. Les règles nous rassurent et on a tendance à chercher de nouveaux dogmes pour remplacer les anciens... Seulement, manger cru est avant tout une affaire d'instinct. Il faut absolument s'écouter et suivre ses envies pour engager des changements durables dans ses habitudes alimentaires.

Se fixer des objectifs trop stricts, réprimer ses pulsions et culpabiliser à chaque "fifolerie" (ou "écart", mais "fifolerie" c'est plus optimiste :), c'est la clé du découragment et de l'échec. Les écarts font partis de l'apprentissage. Plutôt que d'ignorer cette envie irrépressible de riz par exemple, cherchez à comprendre pourquoi votre corps le réclame (Réponse : il est en train d'éliminer les résidus de riz de votre vie passée...), observez les effets de votre craquage sur votre corps et tirez-en les leçons appropriées ("Je suis nul" n'est pas une leçon appropriée)

Soyez tendre avec vous-même. Il n'y a pas de police du cru qui vous surveille et culpabiliser c'est très mauvais pour la digestion :D C'est votre choix, votre chemin, ça ne sera pas le même que celui du voisin et c'est très bien. Un conseil quand même pour ne pas "craquer" : avoir une abondance d'aliments crus chez soi ! Ça parait évident mais c'est important de se laisser le choix et d'avoir des alternatives sous la main.

Et apprenez vite à faire du fromage végétal !!! (Instagram @La France Crue)

Et apprenez vite à faire du fromage végétal !!! (Instagram @La France Crue)

CONCLUSION : Ce sera très bien si vous faites toutes les erreurs de cette liste :D

Ecoutez-vous, prenez votre pied : on ne fait rien de bon sous la contrainte.

Si vous avez besoin d'un coup de pouce pour manger plus de cru, je propose du coaching à distance >>> Toutes les infos ici !

A bientôt mes petits abricots